l'orthographe au Musée d'Orsay !

l'orthographe au Musée d'Orsay !

Messagepar laoshi » 27 Septembre 2013, 09:31

Je viens de visiter l’exposition Masculin/masculin au Musée d'Orsay et de lire les textes muraux qui l’accompagnent. Certains d’entre eux sont repris sur le site internet du musée.

Impensable ! Comment un grand Musée comme le Musée d’Orsay peut-il laisser passer des textes aussi mal écrits qui, sans même parler du style, affligeant, ne respectent ni l’orthographe la plus élémentaire, ni la grammaire, ni le vocabulaire ? :shock:

Comment peut-on, par exemple, les commissaires de l’exposition peuvent-ils laisser passer des inepties telles que celles-ci : :o
« les études de nu préparatoires ayant pour dessein de rendre au mieux l'articulation des corps » ? ... comme si les études pouvaient concevoir un « dessein », c’est-à-dire une intention !
Comment peut-on être « en soif de virilité » ?
Que peut bien vouloir dire une expression telle que « la différence entre les sexes est consommée au détriment d'un homme vulnérable » ?
On apprend avec stupeur que « les grands destins dramatiques […] permettent de traduire toute une gamme d'émotions, de la résolution au désespoir, de la hargne au repos éternel » comme si « le repos éternel » était une « émotion ».

On s’étonne que Word n’ait pas corrigé « cet inversement de tendance » mais… Word, qui écrit à peu près français, n’a pas « vu » que l’auteur avait confondu le nom « inversion » et l’adverbe « inversement », il a laissé passer la faute…
Word ne peut pas non plus corriger la confusion entre « emprunt » et « empreint » (on la trouve deux fois dans l’exposition) parce que les deux mots existent en français, ce qu’apparemment le rédacteur des textes ignore absolument ! Il ne sait pas non plus qu’on ne dit pas « auguré de gloire », mais « auréolé de gloire »…

La grammaire n’est pas mieux traitée que le vocabulaire : :(

« David prône une virilité davantage romaine » au lieu de « plus romaine ».

L’emploi du participe présent tout aussi désinvolte : « Endymion prend les traits d'un éphèbe au corps caressé sensuellement par les rayons de la déesse de la lune, ayant inspiré de nombreuses interprétations homoérotiques »

Les accords les plus simples sont allègrement bafoués : :roll:

On apprend que « le gouvernement mussolinien élève des idoles de marbres » comme s’il s’agissait des « marbres » et non du « marbre » ; ailleurs on lit que la photographie entreprend de « mettre le corps en morceau » comme si un seul morceau suffisait à démembrer le corps en question !

Incapable d’accorder le nom et l’adjectif dans « les premières œuvre », l’auteur ne sait pas non plus accorder le verbe avec le sujet : « Un regard assumant un désir pour le corps de l'homme et la libéralisation des moeurs donne naissance à des oeuvres audacieuses » : deux sujets au singulier ne suffisent pas, pour lui, à faire un pluriel.

Il ne sait pas même conjuguer le verbe « investir » à la troisième personne du singulier de présent de l’indicatif : « La libération des pratiques sexuelles investi avec souvent peu de réserves d'une charge sexuelle le corps masculin »

Afficher de tels textes témoigne d’un mépris total pour le public. C’est révoltant et affligeant à la fois... :x
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

Retour vers tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité