passer de 18 à 26 h ?

passer de 18 à 26 h ?

Messagepar laoshi » 01 Mars 2012, 11:32

Avez-vous entendu notre sémillant président ce matin sur France Inter ? Avec un art consommé de la démagogie, notre sérénissime s'est interrogé sur l'injustice qu'il y avait à ce que les professeurs certifiés ne travaillent que 18 h en collège et en lycée tandis que leurs collègues de la maternelle et du primaire triment 26 h par semaine.

Notre inénarrable défenseur des arts et des lettres, qui n'aime que les chiffres et joue hardiment de la calculette, n'a aucune idée de ce que c'est que préparer un cours sur La Princesse de Clèves, évidemment...

Je ne doute pas un instant que nos collègues de la maternelle et du premier degré aient un travail considérable à faire à la maison mais je gage que leur temps de présence en classe a été évalué, comme le nôtre, en tenant compte des temps de préparation et de correction.

Pour que tout le monde ait les idées claires, je voudrais faire un petit rappel des paramètres qui ont présidé à la définition de nos temps de service :

Ils ont été calculés à une époque où la semaine légale de travail était de 45 h sur la base d’une heure de cours + 1 h de préparation + 1 h de correction de copies. => 1 h en face des élèves = 3 heures de travail ; c’est pourquoi les professeurs de lycée, qui étaient alors exclusivement des agrégés, avaient 15 h de travail en présence d’élèves par semaine. Dans les collèges, où enseignaient alors les professeurs certifiés (CAPES), on comptait 1 h de cours + 1 h de préparation +1/2 h de corrections => 18 h hebdomadaires, soit, là encore 45 h de travail effectif.

Quand on a ouvert le lycée aux titulaires du CAPES, on s’est bien gardé de leur accorder les conditions de travail des agrégés : non seulement leur salaire était inférieur mais leur temps de travail en lycée est passé à 18 h au lieu de 15. Il y a bien sûr des disciplines où cela correspond à peu près à la réalité mais dans une discipline comme la philosophie, le temps de travail effectif d’un prof consciencieux dépasse allègrement les 60 heures par semaine. Personnellement, je ne savais pas ce que c’était qu’un dimanche et toutes mes « petites » vacances étaient consacrées à des corrections (il faudra que je retrouve la photo, une année j’ai emporté à Paris un paquet de 26 cm ½ d’épaisseur, feuilles format A 4 bien sûr).

Ensuite, par le jeu des effectifs de classe et par le jeu des horaires, on n’a pas cessé de faire croître le nombre de classes dont un enseignant a la charge. Il suffit de supprimer une heure dans une discipline et on peut donner une classe de plus à chacun des profs qui étaient jusqu’alors à 18 h : on ne peut refuser les heures supplémentaires qu’à partir de 2 (et encore, depuis peu !). Personnellement, j’ai toujours eu des heures sup dans ces conditions => une classe de trop, épuisant !

La question du français, en l’occurrence, est essentielle. Jusqu’en 1974, un professeur de français de 6° avait 9 h de cours avec la même classe : 3 h en classe entière, et 3 h en demi-groupe => il pouvait se consacrer effectivement à chaque élève et faire vraiment progresser sa classe, en un temps où l’école était très inégalitaire et où les lycées et collèges n’accueillaient qu’une toute petite partie d’une classe d’âge, disons, pour faire court, les « héritiers » dont parle Bourdieu et les boursiers désargentés mais intellectuellement brillants.

En 1975, la réforme Haby a institué le prétendu « collège pour tous » mais, alors que l’on accueillait désormais des enfants venant de milieux sociologiquement et culturellement défavorisés, on a dramatiquement amputé les horaires de français. Or rien n’est possible sans la maîtrise de la langue ! On a assorti cette amputation d’un seuil d’effectifs : pas plus de 25 élèves par classe mais toujours en classe entière. Les plus fragiles ont vite été « largués » pour le dire vulgairement. Ensuite, on a fait sauter le verrou du seuil et l’on est aujourd’hui à plus de 30 élèves par classe et on a continué à sabrer dans les horaires pour accroître les rendements. Personnellement j’ai eu des classes à 38 élèves, les salles de classe sont à peine assez grandes pour les contenir…

Les champions de la calculette font leurs comptes : 1 h de cours hebdomadaire supprimée dans une discipline et c’est, en moyenne, la suppression de 10 000 postes (« équivalents temps plein ») en collège et de 6000 postes en lycée.

Avec une telle logique, on a continué à sacrifier la formation des élèves. Les cours de langues vivantes sont passés à 2 h hebdomadaires dans pratiquement toutes les classes de lycée ! on supprime les cours d’histoire en TS, le français a été supprimé dans toutes les sections en terminale sauf en TL (littéraire) et tout le reste est à l’avenant.

Dans un tel système, seuls les enfants issus des classes favorisées peuvent s’en sortir. Ce n’est pas pour rien que les officines genre Acadomia font fortune ! Le taux de « reproduction » des élites est pire encore qu’il n’était avec l’ancien système, plus inégalitaire en apparence mais où les élèves étaient sélectionnés selon leurs résultats réels et non pas laissés à eux-mêmes et à leurs inégalités d’origine.

Et maintenant, notre bienveillant monarque se penche sur le sort des élèves en difficulté, il veut que nous les accompagnions de nos secours mais QUI les a précipités dans l'abîme ?

L'éducation coûte cher et il ne peut en être autrement. L'ignorance dont les réformes actuelles font le lit, je le crains, coûtera encore plus cher à notre démocratie...
Dernière édition par laoshi le 02 Mars 2012, 09:58, édité 2 fois au total.
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar laoshi » 02 Mars 2012, 07:27

Si vous voulez entendre ou enregistrer les sophismes du président-candidat, vous pouvez accéder ici à l'émission de France Inter : un clic gauche pour écouter, un clic droit pour télécharger.
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

"Le Prince" ou "l'extinction du paupérisme"

Messagepar locipompeiani » 02 Mars 2012, 07:38

Et comme beaucoup aiment l'image voici la séquence filmée sur daylymotion



Pour la voir en grand format
Bien cordialement,
locipompeaini
locipompeiani
Administrateur
 
Messages: 1229
Inscrit le: 11 Décembre 2009, 14:55

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar espacecollege » 02 Mars 2012, 10:27

J’ai écouté moi aussi sur France Inter les « réflexions » sur l’école de notre « despote éclairé». Tout ce que vous dites, Laoshi, de l’évolution de notre système éducatif depuis plus de 30 ans est tout à fait exact et n’est peut-être pas toujours connu des jeunes collègues.
Certaines remarques du président-candidat témoignent d’une méconnaissance totale de l’organisation de notre service. Prétendre qu’actuellement un professeur à temps plein travaille en général sur deux jours est une imposture. Dans la plupart des disciplines, avec des horaires de 3 ou 4 heures par semaine, parfois 5 heures (6° Français), la présence d’un enseignant ne peut guère être inférieure à 4 jours pour des raisons pédagogiques auxquelles l’inspection elle-même est très attentive. Il semble complètement l’ignorer ! Le temps de présence des professeurs dans l’établissement excède d’ailleurs de beaucoup les 18 heures de son service, avec les inévitables « trous » de son emploi du temps. Quant à l’amplitude de la journée, elle dépasse carrément la durée légale des 12 heures lorsqu’on est dans la période des conseils de classes, des rencontres de parents et autres réunions pédagogiques.
Mais on arrive au comble de l’absurdité lorsque notre bâtisseur d’utopies promet aux professeurs de leur attribuer des bureaux pour accomplir les tâches prétendument nouvelles qu’ils accomplissent déjà régulièrement ! Où va-t-il les mettre ? Les bâtiments sont pleins à craquer et on a déjà du mal à accueillir des effectifs pléthoriques (28 et plus) dans des classes de collège construites pour loger 24 élèves ! Sauf à utiliser les 30% de construction récemment autorisés pour surélever les bâtiments existants, je ne vois pas où on pourrait les caser sans déloger les élèves de leurs salles de classe ! On nous parle de recevoir dans ces nouveaux locaux les parents des élèves en difficulté…. ceux que précisément l’on ne voit jamais dans les rencontres parents-professeurs organisées dans les établissements.
Et pour « rentabiliser » le système, après avoir augmenté le temps de présence des enseignants, il ne reste plus qu’à supprimer des options. C’est aussi l’une des propositions qu’a faites le candidat sur France Inter. Les langues anciennes, nous pouvons l’imaginer, seront (sont déjà) les premières visées.
Cordialement,
Espacecollege
espacecollege
Administrateur
 
Messages: 183
Inscrit le: 12 Décembre 2009, 16:34

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar espacecollege » 05 Mars 2012, 10:50

Dans la tribune de Rue89, la réponse d’un professeur agrégé : 26 heures au lycée ? Je les fais déjà, monsieur le Président !
Cordialement,
Espacecollege
espacecollege
Administrateur
 
Messages: 183
Inscrit le: 12 Décembre 2009, 16:34

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar espacecollege » 05 Mars 2012, 10:54

Dans un autre registre (humour décapant), je me permets de citer, avec son autorisation, un extrait de l’intervention d’un collègue sur la liste profs.
Dénonçant les effets dévastateurs qu’entraînerait un allongement statutaire de la semaine de travail, il conclut son propos sur le « portrait exact du prof new-look, version Sarkozy » :
Le golden prof "optimiste" et dynamique qui envoie, excusez du peu, vingt six heures de cours par semaine ! Et qui te valideras tous les dossiers bidon de compétences que tu veux! Il donnera aussi un coup de serpillière aux chiottes du bahut assisté de ses élèves, le jour où on le lui demandera (possibilité, même, d'intégrer ça dans un projet d'action éducative ou un IDD "technique des surfaces"(on étudie les détergents en physique, on calcule la surface du dallage en maths, on fait les graffiti des latrines pompéiennes en latin et le Savon de Ponge en français, etc.) Sans oublier ensuite, évidemment de valider les compétences (Rubrique citoyenneté item 01245-46 , item 01248, item 01249 "Savoir passer la balayette" / Prise en compte des objectifs sanitaires/ savoir vivre ensemble/ Amélioration du cadre de vie commun/)

Cette diatribe a le mérite de mettre en lumière la cohérence du système : un temps de présence statutaire de 26 heures ne peut se concevoir qu’à la suite de toutes les réformes insidieuses menées au nom d’un certain « pédagogisme » et qui ont dévalorisé la profession.
Cordialement,
Espacecollege
espacecollege
Administrateur
 
Messages: 183
Inscrit le: 12 Décembre 2009, 16:34

"l'extinction du paupérisme" revisitée

Messagepar laoshi » 07 Mars 2012, 13:43

Comme Napoléon III, son lointain modèle, notre président a « la fibre sociale » : Badinguet, champion de la «fête impériale », voulait réaliser l"extinction du paupérisme", notre bienveillant souverain, assidu du Fouquet's, entend relever les professeurs de la « paupérisation » dans laquelle ils ont sombré. La faute à qui ? Allez savoir !...

Mais admettons. La solution qu’il propose benoîtement consiste non pas à revaloriser les salaires des enseignants, vous n’y pensez pas, mais à les faire « travailler plus pour gagner plus » selon la formule sacramentelle que tous connaissent désormais.

Il en profite pour désigner à la vindicte publique les professeurs du secondaire qui seraient littéralement payés à ne rien faire : avec « 7 mois à 7 mois et demi de travail » et « deux jours » de service hebdomadaire ( !) tout au plus, c’est sûr qu’il y aurait de la marge !

Espacecollège a déjà montré les sophismes sur lesquels repose cette évaluation fantaisiste de notre temps de travail effectif mais en admettant même toutes ces prémisses, les conclusions de notre monarque obscurantiste seraient loin d’être justifiées : on ne peut à la fois reconnaître la paupérisation déplorable des enseignants et en même temps prétendre revaloriser leur métier en leur appliquant des mesures d’évidente surexploitation.
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar espacecollege » 07 Mars 2012, 14:05

Surexploitation, dites-vous Laoshi ? Si vous avez regardé l’émission Des paroles et des actes mardi soir, il ne vous a pas échappé que sur les 26 heures de présence statutaire, il y en aurait 21 d’enseignement (on reviendrait ainsi à l’horaire de cours des anciens PEGC bivalents).
Faisons nos comptes :
A raison de trois heures de travail effectif pour 1 heure de cours en lycée, on aboutit à 21 h X 3 = 63H de travail hebdomadaire pour assurer les cours, les préparer et corriger les copies à quoi s’ajouteraient 5 h consacrées à la réception des parents, au suivi des élèves en difficulté etc… Nous voilà donc à 68 heures hebdomadaires sans compter tout le temps qui échappe à la comptabilité officielle du ministère (réunion de toutes sortes, conseil de classe etc. cf + haut). En collège, à raison de 2H 30 de travail effectif pour 1 h en présence d’élèves, on aboutit à 52 h 30 + 5h de « bureau » = 57h 30…
Cette annonce n’a pas été relevée par les commentateurs.
Aucun d’entre eux n’a songé à rappeler que le décret de 1946 a fixé notre salaire au 10/12ème de celui des autres fonctionnaires de grade équivalent. Contrairement à ce que l’on voudrait faire croire à l’opinion publique, les enseignants ne sont pas des vacanciers professionnels grassement payés à ne rien faire : ils se sont toujours « payé » les vacances pendant lesquelles beaucoup d’entre eux ont le bonheur de corriger des copies, de préparer des cours…
Qui songe encore à notre époque qu’un professeur continue pendant ses vacances à se former, à faire des recherches et à se cultiver (quel gros mot !) pour le plus grand bénéfice de ses élèves ? Il est vrai qu’on ne veut plus désormais que les enseignants soient des intellectuels, qui transmettent une culture authentique, dans le cadre sans doute des programmes mais chacun avec ses passions et au gré de ses recherches ? On veut d’un côté des perroquets dociles capables d’évaluer des « items » sans âme et de l’autre des masses sans esprit critique.
Et puisque notre boulimique de la lecture a mentionné Tartuffe, tout en stigmatisant « les cuistres », je vais faire assaut de cuistrerie en rappelant que le mot «école » vient de schôlê, un mot grec qui désigne le « loisir cultivé ». Et oui M. le président, il faut du temps pour se CULTIVER, pour être à même « d’instituer » les enfants dans leur langue et pour leur transmettre le bonheur d’apprendre, la joie de penser et le goût des LIVRES…
Cordialement,
Espacecollege
espacecollege
Administrateur
 
Messages: 183
Inscrit le: 12 Décembre 2009, 16:34

Re: passer de 18 à 26 h ?

Messagepar espacecollege » 07 Mars 2012, 18:27

En 2010 Jean-Paul Brighelli dénonçait déjà sur son blog la surexploitation des enseignants. Le lien vers cet article de "Bonnet d'âne" n'est plus accessible sans mot de passe
Dernière édition par espacecollege le 03 Mai 2013, 10:19, édité 3 fois au total.
Cordialement,
Espacecollege
espacecollege
Administrateur
 
Messages: 183
Inscrit le: 12 Décembre 2009, 16:34

une perle de notre inénarrable souverain

Messagepar laoshi » 07 Mars 2012, 21:17

Une perle de notre inénarrable souverain. Vous connaissez la polémique sur la taxation à 75% de la part marginale des revenus supérieurs à 1 000 000 d'euros, n'est-ce pas ? Eh bien notre généreux mécène des arts et des lettres a immédiatement pensé à tout le mal que cette mesure ferait aux humanités. Le saviez-vous, ce ne sont pas seulement nos joueurs de ballon, nos chanteurs de quatre sous et autres saltimbanques qui risquent de déserter la France ? il y a "des écrivains" qui vont fuir cette insupportable pression fiscale !

A propos, savez-vous que notre empereur débonnaire s'est retrouvé fort marri quand son rockeur favori fut au plus mal ? Il craignait même qu'il "ne passe l'arme à gauche", c'est tout dire : comment faire des obsèques nationales à un exilé fiscal ? C'est notre Victor Hugo, que diable ! La République lui doit bien ça ! Et puis l'exil... A oui, ce n'est pas pour les mêmes raisons ?
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

Suivant

Retour vers tribune libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron