le snobisme verbal et la faillite de l'école

je vous propose ici une nouvelle rubrique pour poster les messages qui ne trouvent pas leur place dans les rubriques existantes

le snobisme verbal et la faillite de l'école

Messagepar laoshi » 16 Mars 2012, 11:05

Le snobisme verbal et la recherche de la distinction à tout prix ont encore frappé ! Je suis en trains de relire Le Traité d'athéologie de Michel Onfray. Je décrouvre avec effroi que "la conduction de son esprit selon l'ordre des raisons" est un remède à l'obscurantisme... De grâce, M. Onfray, dites tout simplement "conduite" pour la manière de conduire son entendement et réservez "conduction" à la propagation de la chaleur, de l'électricité, de l'énergie ou de l'influx nerveux...

Je l'ai déjà dit ailleurs, les usages lingusitiques de notre temps sont révélateurs de la compétition que se livrent les « prétendants » et les « dominants » pour employer le vocabulaire de la sociologie de Bourdieu. Les prétendants, ce sont ceux qui, sans maîtriser la norme linguistique définie par les dominants, repèrent néanmoins intuitivement quelques traits distinctifs de celle-ci et les adoptent pour se montrer dignes de la position dominante à laquelle ils aspirent.

Notre civilisation ayant longtemps posé en principe la supériorité des arts libéraux (tout ce qui est intellectuel et désintéressé) sur les arts mécaniques (tout ce qui est manuel, commercial ou technique), ceux qui ont reçu une formation de ce type éprouvent souvent un sentiment d’infériorité par rapport aux « intellectuels », même quand ils bénéficient de rémunérations bien supérieures aux leurs. Aspirant à la reconnaissance sociale dont jouissent les possesseurs de la culture « légitime », ils essaient d’en adopter les modèles, entre autres les modèles linguistiques, mais échouent à en pénétrer toute la subtilité. Ainsi, par exemple, les mots « concept », « opportunité » ou « problématique » semblant beaucoup plus « distingués » que les termes simples « type », « occasion » ou « question », les « prétendants » s’en emparent mais les emploient souvent à contresens. Même chose sur le plan syntaxique : constatant que l’on emploie le « ne » explétif dans certaines subordonnées conjonctives comme « avant qu’il ne vienne » ou « de peur qu’il ne se fâche », les prétendants l’ajoutent à « sans que » sans comprendre qu’ils disent alors exactement le contraire de ce qu’ils veulent dire puisque sans que a déjà un sens négatif !

Ce qui me semble extrêmement grave, c’est que, l’école ayant drastiquement réduit le temps qu’elle accorde à l’enseignement du français, ces usages fautifs s’imposent progressivement dans la langue savante elle-même au détriment de la logique et de la clarté. Si « opportunité » remplace « occasion », on ne peut plus comprendre une phrase du type « c’est au parlement de juger de l’opportunité de cette proposition législative ». De plus en plus, les universitaires eux-mêmes disent ou écrivent qu’il faut « poser la problématique et répondre à la problématique », ce qui est une absurdité (la problématique est la manière particulière de poser la question et non pas la question elle-même) ! Proust se moquait de manière cruelle, dans La Recherche du temps perdu, de ce maître d’hôtel, qui, côtoyant en permanence les élites économiques et culturelles, tentait maladroitement d’imiter leur langue pour se hausser à leur niveau. Aujourd’hui, je constate malheureusement que ceux qui pourraient devenir les Proust de notre temps imitent les maîtres d’hôtel.

Entendons-nous bien, je n’ai pas le moindre mépris pour les maîtres d’hôtel mais on ne peut affirmer sans démagogie que tous les usages linguistiques se valent ! J’estime que notre démocratie manque gravement à ses devoirs en ne permettant pas à tous d’acquérir une parfaite maîtrise de la langue « légitime ». Tant qu’elle s’y refusera, « l’égalité » de notre devise restera un vain mot.
laoshi
 
Messages: 53
Inscrit le: 07 Novembre 2010, 11:26

Retour vers rubrique-à-brac

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité